IDEE RECUE N° 2 (extraite de « PME Innovez »)

IDEE RECUE N° 2

L’innovation technologique ne peut se faire que dans la haute technologie.

« Pour créer, il suffit d’avoir une grande imagination et une pile de vieilleries »

Thomas Edison

Origine de l’idée reçue

Nanotechnologie, biotechnologie, manipulation autour de l’ADN, des cellules, du transgénique… Regardons dans notre environnement proche. Les hommes qui parlent d’innovation technologique, aussi bien dans l’enseignement que dans les médias sont dans la certitude. Ils ont tendance à imposer leur vision : hors de la haute technologie point de salut pour l’innovation.

Pourquoi réfuter cette idée reçue ?

Comparons ce qui se faisait il y a 20 ans et ce qui se fait aujourd’hui. Il n’y a pas de commune mesure. La mode n’est qu’un balancier. La vie n’est qu’un balancier. Ce qui était vrai hier est faux aujourd’hui. Hier on incitait les gens à acheter des voitures, aujourd’hui, on les encourage à prendre les transports en commun. Tout change. Tout est relatif. On envoie des navettes dans l’espace, des sondes qui voyagent pendant 10 ans et arrivent au rendez-vous au bon endroit, au bon moment. La technique, l’hydraulique, la mécanique sont analysées avec précision… Le monde technologique est notre quotidien. Tout progresse : les textiles ont fait des progrès, les mentalités sont plus ouvertes à la protection de l’environnement.

Tout cela contribue à l’évolution des produits sans pour cela mettre en œuvre des solutions hautement technologiques. L’innovation est partout. L’innovation c’est l’association d’idées, de marchés. Ce qui était innovant hier ne l’est plus aujourd’hui et ce qui sera innovant demain ne le sera plus après demain. Le réservoir de l’innovation hors des hautes technologies est immense. L’innovation technologique c’est aussi revisiter des domaines technologiques qui ont progressé. Autrefois certaines innovations coûtaient une fortune à réaliser et étaient inaccessibles. Aujourd’hui l’évolution le permet. Il ne faut pas se tromper. Les entrepreneurs doivent en prendre conscience. C’est bien souvent l’enjeu de la survie de leur entreprise. Ce milieu a connu beaucoup de problèmes après des années fastes. De nombreuses entreprises ont disparu. D’autres ont résisté et réussi à survivre. Malgré la crise, malgré la concurrence elles tiennent le coup jusqu’à aujourd’hui. Elles ont innové dans le milieu du textile. Celles qui ont survécu n’ont pas obligatoirement cherché à inventer des tissus extraordinaires.

L’exemple de Damart Thermolactyl est frappant. Marque de référence, du bien-être et de l’équipement de la personne de 50 ans et plus, Damart a traversé les années. La famille Despatures était dans le tissage de la laine à Roubaix, dans le Nord, depuis le milieu du XIXè siècle, quand dans les années 1950, elle a cherché à réorienter son activité traditionnelle en une activité de commerce moderne. Les dirigeants ont l’idée de créer des sous-vêtements chauds à destination des personnes du troisième âge, à partir d’une fibre synthétique, la chlorofibre, dont les propriétés se révélaient très efficaces contre le froid et l’humidité. L’idée d’un catalogue de vente par correspondance a alors germé. L’entreprise étant située rue Dammartin à Roubaix : Damart Thermolactyl était né.

En 1957, Damart a ouvert à Paris son premier magasin-conseil. En 1969, les dirigeants ont séparé les trois grandes activités de l’entreprise : la production des sous-vêtements, la VPC et la distribution des articles en magasins. Le groupe a été introduit au règlement mensuel de la Bourse de Paris en 1976. Il a acquis, en 1984, Somfy, pour se diversifier et s’internationaliser.
Damart a été créé en même temps en France et en Belgique. Dès 1963, une filiale a été lancée en Angleterre. Puis, de 1965 à 1980, Damart a créé toutes ses filiales à l’étranger : Suisse, Autriche, Espagne, Japon, Australie, États-Unis. Cette entreprise a innové au début, sur la manière de tisser et de développer ses produits. Elle ne s’est pas arrêtée à l’innovation technologique, elle a exploité correctement son image, son développement industriel et a entrepris des diversifications ciblées. Damart existe toujours au même endroit, dans les mêmes usines.

D’autres exemples plus récents et beaucoup plus simples existent dans le domaine textile.En relançant la fabrication de tissus en chanvre pour l’habillement, elles surfent sur la vague écologie et développement durable. Et depuis quelques années, des liens textiles se tissent entre les pays du Nord et du Sud sur la trame d’un commerce équitable et de grandes marques leur emboîtent le pas en utilisant dans leurs collections du chanvre en exigeant de leurs fournisseurs des conditions de travail acceptables. C’est le cas notamment des Le céralin, nouveau matériau écologique qui ressemble au plastique ou à son ancêtre la bakélite pour son aspect plus chaud et plus rond, est pourtant produit à partir d’enveloppes de céréales (blé, riz…). Ce sont deux anciens cadres de l’industrie alimentaire qui ont su recycler ces éléments naturels pour inventer cette nouvelle matière totalement bio dégradable. L’origine de cette découverte est venue de leur travail sur les contenants alimentaires de nouvelle génération, le résultat tellement concluant et son aspect séduisant les ont conduits vers une utilisation design de leur découverte. Ils ont alors fait appel à plusieurs designers de renoms pour créer une série d’objets édités par Greenage. Les deux inventeurs, Marie-Thérèse Berling et Bernard Skalli considèrent que cette gamme d’objet n’est que la première étape de l’utilisation du céralin, un laboratoire de recherche et de développement est en train d’étudier son utilisation à l’échelle industrielle. (Source www.earthfashion.com)

La trottinette est également une bonne illustration du fait que l’innovation n’est pas réservée uniquement à la haute technologie. C’était d’abord un jouet d’enfant, composé d’une planche (portée par deux ou trois roues) sur laquelle on pose son pied, l’autre jambe étant utilisée pour se propulser. Depuis la fin des années 1990, la trottinette revient à la mode chez les jeunes et même chez les hommes d’affaires dans les pays anglo-saxons.

Les récents progrès en motorisation électrique aux niveaux des batteries électrochimiques plus légères, des moteurs à rendement amélioré, de l’électronique de commande permettent actuellement de motoriser la trottinette pour en faire une aide efficace à la marche du piéton, réduisant notablement sa fatigue sur une longue distance lorsque l’état du sol le permet. Depuis la fin des années 1980, des progrès similaires réalisés sur les petits moteurs à essence (d’un poids d’un à deux kilogrammes) dans l’industrie des débroussailleuses ont permis d’adapter ces moteurs sur des trottinettes, et ont donné naissance à un nouveau sport en plein développement au États-Unis.

Le domaine des livres est un vivant exemple aussi. Depuis qu’on dispose des moyens d’écriture, de grands noms se sont exprimés. Ce n’est pas parce qu’ils sont morts que c’est fini. Il y a d’autres écrivains qui utilisent les mêmes mots. Ils ont d’autres idées qu’ils présentent différemment et de façon adaptée au moment.Des quantités d’autres exemples peuvent être trouvées dans tous les domaines de l’industrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading...